Histoire de la ville et du port

Au cœur de l’espace méditerranéen, la ville de Béjaïa possède de nombreux sites naturels et vestiges historiques, datant de plus de 10 000 ans, ainsi qu’une multitude de sites archéologiques, recelant des trésors anciens remontant à l’époque du néolithique.

Béjaïa joua un grand rôle dans la transmission du savoir dans le bassin méditerranéen. Grâce au dynamisme de son port, la sécurité de la région, la bonne politique et les avantages douaniers, Bougie a su attirer beaucoup de puissants marchands.

Dans l’antiquité, Amsyouen, habitants des flans surplombant la côte, ne fréquentaient la côte que pour pêcher. Les premières nefs qui visitèrent nos abris naturels furent phéniciennes, ils y installèrent des comptoirs.

La Saldae romaine leur succéda, et devint port d’embarquement de blé. Ce n’est qu’au 11ème siècle que la berbère Begaïeth, devenue Ennaciria, prit une place très importante dans le monde de l’époque. Le port de Béjaïa devint l’un des plus importants de la Méditerranée, ses échanges étaient très denses. L’histoire retiendra également à cette époque, que par Fibonacci de Pise, fils d’un négociant pisan, s’étendirent dans le monde à partir de Béjaïa, les chiffres aujourd’hui universellement utilisés.

La réalisation des ouvrages actuels du port débuta en 1834, elle fût achevée en 1987. C’est en 1960 que fût chargé le 1er pétrolier au port de Béjaïa.

Historique de l’EPB

Le décret n°82-285 du 14 Août 1982 publié dans le journal officiel n° 33 porta création de l’Entreprise Portuaire de Béjaïa ; entreprise socialiste à caractère économique ; conformément aux principes de la charte de l’organisation des entreprises, aux dispositions de l’ordonnance n° 71-74 du 16 Novembre 1971 relative à la gestion socialiste des entreprises et les textes pris pour son application à l’endroit des ports maritimes.

L’entreprise, réputée commerçante dans ses relations avec les tiers, fut régie par la législation en vigueur et soumise aux règles édictées par le sus mentionné décret.

Pour accomplir ses missions, l’entreprise est substituée à l’Office National des Ports (ONP), à la Société Nationale de Manutention (SO.NA.MA) et pour partie à la Compagnie Nationale Algérienne de Navigation (CNAN).

Elle fut dotée par l’Etat, du patrimoine, des activités, des structures et des moyens détenus par l’ONP, la SO.NA.MA et de l’activité Remorquage, précédemment dévolue à la CNAN, ainsi que des personnels liés à la gestion et aux fonctionnements de celles-ci.

En exécution des lois n° 88.01, 88.03 et 88.04 du 02 Janvier 1988 s’inscrivant dans le cadre des réformes économiques et portant sur l’autonomie des entreprises, et suivant les prescriptions des décrets n°88.101 du 16 Mai 1988, n°88.199 du 21 Juin 1988 et n°88.177 du 28 Septembre 1988, l’Entreprise Portuaire de Béjaïa ; entreprise socialiste ; est transformée en Entreprise Publique Economique, Société par Actions (EPE-SPA) depuis le 15 Février 1989, son capital social fut fixé à Dix millions (10.000.000) de dinars algérien, actuellement, il a était augmenté à 3.500.000.000 de DA